Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 12:43

La chute du mur de Berlin, est pour moi un événement important de l'humanité de la fin du siècle dernier, un tournant essentiel dans l'Histoire.

 

 

Cette chute est la renaissance d'une union passée, celle d'un peuple, et une victoire de la Liberté, une ouverture qui apaisera les tensions et permettra de prendre un même chemin dans l'Histoire.


Ce mur restait, il y a 20 ans, l'ultime vestige d'un conflit qui a fait basculer le monde dans l'une de ses plus terrible période.



(Photo en lien sur le blog Mémoire France Allemagne)

 


Conflit d'autant plus terrible que pour nos voisins allemands, il faisait parti d'un quotidien parfois banal.


Cette banalité, "ce nazisme comme si de rien n'était", je l'ai redécouvert grâce aux photographies, rassemblées par
Riss, 43 ans, dessinateur à Charlie Hebdo, dans son livre (Hitler dans mon salon, de Riss. Editions Les Echappés, 100 p.) qui représentent des tranches de vie des années 30 et 40.

 


(Photo en lien sur le site de CharlieHebdo)

 

Du déjà vu dans n’importe quel album de famille mais en Allemagne ces détails d'époque prennent le premier plan aujourd'hui, telle qu'une croix gammée, un insigne SS, le portrait du Führer présent dans tous les salons.


Riss qui a récupéré ces photos dans des liquidations d’héritages par des marchand allemands conclut que:


"Toute une mémoire privée est en train d’être bazardée. Les héritiers veulent se ­débarrasser de ces photos intouchables et comme infectées. Autrefois, ils les auraient jetées à la poubelle, aujourd’hui, ils les balancent sur le Net."


Riss a détecté dans ces images, et on le voit, une bonhomie terrifiante propre à illustrer, au sens littéral, "le chaos d’une guerre, le non-sens d’un régime totalitaire".


Des photographies qui peuvent parfois susciter le rire comme ce couple de messieurs en maillot de bain, dont un arbore sur son slip le sigle de la SS.


 

 

 

 

 











Et pourtant le rire s'efface à la vue d’enfants s’exerçant au salut nazi.



(Montage photo en lien sur le site fnac.fr)

 


La guerre est photographiée, sur tous ses plans, en amateur par des soldats, tel un repas de famille,



(Photo en lien sur le site de CharieHebdo)


mais aussi les exécutions sommaires.



(Photo en lien sur le site fnac.fr)

 

Reste donc que cette chronique du nazisme ordinaire augmente le dossier de "la banalité du mal". Non seulement des millions d’Allemands ont désiré le "bonheur nazi", mais ils l’ont adoré.


Donc, aussi et surtout pour cette banalité qui laissera place à l'atrocité de la vérité une fois mise en lumière, je pense et crois que la chute du Mur de Berlin est pour nos voisins allemand la grande réunification, et pour le reste du monde le symbole d'un passé qui s'efface et garde à présent sa place dans nos mémoires et dans l'histoire.



(Photo du site eighties.fr)


Lors de la cérémonie-hommage en prélude aux célébrations de la chute du mur il y 20 ans, Helmut Kohl, très ému, aux côtés de l’ancien président américain George Bush, et l’ex numéro un soviétique Mikhaïl Gorbatchev, a évoqué la chute du Mur et la réunification:


“La réunification, nous l’avons réussie ensemble, pacifiquement, librement, avec l’accord de nos voisins. Ceux qui écrivent aujourd’hui dans les journaux que tout était évident, que cela devait se passer comme ça, devraient aussi écrire qu’on ne doit jamais oublier la chance qui nous a été offerte, nous avons toutes les raisons d‘être reconnaissants et fiers. Moi-même, la seule chose dont je puisse être fier, c’est de la réunification de l’Allemagne.”

 


Une chute n'a de sens qui si on se relève.

 



(Source: CharlieHebdo, letemps.ch, euronews)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jesuislà - dans International
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Je suis là
  • Je suis là
  • : Quand le doigt montre le ciel, l'imbécile regarde le doigt... Je laisse des messages deci delà, ramasse qui veut bien...
  • Contact

Catégories